top of page
  • Photo du rédacteurRuben Roffe

Inspiration


Je la sens je la vois, la douce inspiration !

Jadis elle m’eut quittée, sans témoin, bien trop tôt.

Pour aller sans délai désavouer mon égo,

Et me laisser pantois, sans aucune solution.


Où est donc cette muse, architecte bohème !

Qui insuffle la brise, en son âme et conscience

Aux poumons désireux, privés de sa présence

Et façonne à sa guise, la rime du poème.


À quoi bon cette ruse que certains entretiennent ?

De l’alcool, de l’opium, un peu d’herbe à outrance

Pour hâter son retour ou combler son absence

Elle conduit à la ruine, et les rend schizophrènes.


Si vous restez modeste, vous aurez l’occasion

D’avoir de la lumière dans tous vos idéaux.

De voir l’imaginaire y conjuguer les mots,

Et d’expirer dans l’air, vos plus belles émotions..


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page